(Focus) Ace Hood – Hustle Hard/August 9th Dreams/Dreamer

Ace+Hood

Première apparition de Ace sur le site et pour cela j’ai décidé de faire les choses en grand, en proposant ses morceaux qui m’ont le plus marqué, trois morceaux qui, pour moi, résume monsieur Ace Hood ! Âgé seulement de 24 ans, actif depuis 2008, déjà 3 albums  12 mixtapes et un gros nombre de freestyles au compteur, ça, il est actif, pour dire il balancera dans quelques jours sa dernière ‘tape. Jeune homme au grand potentiel, n’en doutez pas, surtout quand on écoute les morceaux que je vous présente ci-dessous, adaptant sa voix et son flow selon la prod’ qu’il choisit bien, de façon éclectique, quoique, trop redondante sur ses derniers projets  il mélange une forte technique artistique pour satisfaire son auditeur. Bien que, avec toutes ses qualités, il n’est jamais réalisé un album digne de ce nom, balançant des pépites de temps en temps, ça n’a jamais tenu le route d’un album en entier. Voilà pour le coté biographie, je vais donc maintenant vous présenter trois titres assez récents mais qui m’ont réellement mit la puce à l’oreille.

Le premier son, Hustle Hard, hymne de tout un été, l’effet d’une bombe. Il avait réussit à surpassé tous les autres artistes Trap en un morceau, sur une prod’ de Lex Luger, aussi basique que efficace, montrait à quel point Lex assurait derrière les consoles. Rassemblant tous les ghettos avec le thème d’arriver à avoir de l’argent par n’importe quels moyens, cette chanson avait mit tout le monde d’accord, sortit sans préavis, ce qui ont adhéré s’en souviennent pour sur ! Trêve de paroles, la musique est plus démonstrative :

Le deuxième morceau est « August 9th Dreams » qui n’est autre qu’un freestyle de « Dreams Money Can Buy » de Drake. Mais quel freestyle, il avait tout simplement explosé la chanson de Drake, son flow était tellement aiguisé et pointu, il convenait si bien à cet instru’ également d’un autre univers. Racontant son passé, présent entre rêve, anxiété et dénonciation, il débite sa rage emplit d’émotion durant seulement un peu plus de deux minutes. Ces deux minutes que j’ai rembobiné un bon paquet de fois tellement ce morceau m’avait subjugué, au point de tout stoppé et de resté bloqué sur le flow de Ace. Peu connut, peu de vues sur Youtube, mais vraiment un de ses meilleurs couplets.

Enfin, place maintenant à la dernière pièce de la spéciale Ace Hood avec, un son qui repose et fait rêver, comme l’introduit le titre « Dreamer ». On voit ici l’exemple de l’étendu des capacité du emcee, avec ce beat accentué Hip-Hop sample (fort sympathique) à l’appuie. Une boucle assez simple me diriez-vous, mais sans trop d’artifice, juste assez pour nous laissé transporté à travers les paroles de Ace. Une balade, carrée, couplet et refrain bien taillé dans l’instru’, un morceau tellement bien construit qu’il atteint mon top trois des chansons de Ace Hood !

Ace first appeared on the site and for that I decided to make it big by offering his songs that marked me most, three songs that, for me, sums up Mr. Ace Hood! Aged only 24 years, active since 2008, already 3 albums and 12 mixtapes a large number of the meter freestyles, that he was active, to say it swing in the last few days’ tape. Young man with great potential, do not doubt it, especially when you listen to the songs that I present below, adapting his voice and flow according to prod ‘he chooses well, so eclectic, though too redundant on his latest projects he mixes a strong artistic technique to satisfy the listener. Although, with all his qualities, he never made ​​an album worthy of the name, swinging nuggets from time to time, it never made the road a whole album. So much for the next biography, I will now present to you three fairly recent titles but I actually put a flea in his ear.

The first sound, Hustle Hard, a summer anthem, the effect of a bomb. He had managed to surpassed all other artists Trap in one piece, on a prod ‘Lex Luger, as basic as effective, showed how Lex assured behind the consoles. Bringing all the ghettoes with the theme happen to have the money by any means, this song had put everyone agrees, left without notice, which joined on to remember! Enough of words, music is more demonstrative

The second piece is « August 9th Dreams » which is nothing other than freestyle « Dreams Money Can Buy » by Drake. But what freestyle, he simply exploded Drake’s song, his flow was so sharp and pointed, he was so well suited to this instrument, also from another universe. Recounting his past, present between dreams, anxiety and withdrawal, he delivers his rage filled with emotion for just a little more than two minutes. Two minutes I rewound a bunch of times so this piece I was overwhelmed at any point stopped and stuck on the flow of Ace. Few knew little of views on Youtube, but really one of his best verses.

Finally, up to now the last part of the special with Ace Hood, a sound based and dream, as introduced as « Dreamer ». Here we see an example of the extent of the capacity of the emcee, beat accentuated with the Hip-Hop sample (very nice) to support it. A fairly simple loop would you say, but not fireworks too, just enough to let us transported through the words of Ace. A walk, square, verse and chorus well cut in the instrument ‘, a song so well built that it reaches my top three songs from Ace Hood!