Interview de Mercenaire et Shin (ThugMusicGang)

interviewshin&mercePour cette nouvelle interview on reste aux Antilles, et plus précisément en Martinique, avec Mercenaire et Shin, qui font avancés, et d’une bonne façon, la Trap Créole, qui marche plutôt bien outre-mer, mais qui a du mal à se populariser en France. C’est là que j’interviens, en essayant de mettre des mots, autant par rapport aux traductions qu’au reste, sur leurs motivations et leurs mouvements musical qui mérite un peu plus d’exposition, bien que très « street » les lyrics sont bons, et ils arrivent bien à tirer partie des sonorités Trap en adaptant leur langue dessus, et le mélange est vraiment de qualité. Ainsi, comme vous avez pu le voir (sur les réseaux sociaux), je suis maintenant affilié à leurs crew (Thug Music Gang), ce qui pourra le permettre, je l’espère, leurs permettra de de s’immiscer dans de nouvelle oreille. Après Bruce Little, je suis une nouvelle fois retourné voir le crew, pour en savoir plus sur d’autres de ces membres, pour tenter, à travers ceci, de vous faire comprendre l’univers ces jeunes rappeurs/trappeurs talentueux, le mieux possible, bonne lecture :

Clip avec deux morceaux de Mercenaire La Frapp et 44

Clip traduit de Shin, avec Sa Normal

Début de l’interview : 

Pocketfullofmusic : Présentation de vous deux.

Shin : Moi c’est Shin, Thug Music Gang où y’a Merce’, Bruce Little, Da Boo, quelques beatmakers comme D Wazz et TotaBeatz et puis big up à ceux que j’oublies. On fait de la Trap Music, 972, Mada, nous c’est fort-De-France la capitale, mais big up à Mada.

Mercenaire : Moi c’est Merce, Thug Music aussi KSC avec d’autres négros, mélange de Street et de musique, parce qu’il y a un peu des deux. Sinon, ça fait 2009-2010 on a commencé à vraiment faire du Rap-Trap, j’ai commencé par la Dancehall vite fait, mais ça pas fait long feu, sinon on essaie de bien faire le taf.

Pfom : Pourquoi Shin, pourquoi Mercenaire ?

S : Tout simplement, il y a deux explications, j’ai des petits yeux, on m’appelle Shin, quand j’suis défoncé on voit même plus mes yeux déjà, et de deux, y’a un petit bonhomme qu’on appelle Shinchan, il est cireur, mal élevé, j’étais comme ça quand j’étais petit, turbulent, et je le kiffais bien, Shin tout simplement.

M : En scred’ y’a pas d’explication, depuis le collège on m’appelle comme ça, 5eme-4eme, ça vient de la street, au calme.

Pfom : Pourquoi plus le créole que le français ?

S : Avant d’essayer de faire rap français, il faut déjà essayer de percer de notre propre bled qui est la Martinique, c’est le créole qui prime, donc c’est le créole c’est tout. Le français on laisse ça pour Booba, Kaaris et compagnie, on va s’axer sur le créole.

M : Après voilà de nos jours tu sais, y’a pleins de rappeurs français ça sert à rien, sur 1000 il y en peut-être 10 qui vont percer  alors que chez nous c’est plus facile, puis même ça permet de développer notre langue, de mettre les gens à notre écoute.

Pfom : Comment êtes-vous rentrés dans le milieu ?

S : Depuis le collège je connais Merce’, on faisait des freestyles, avec des potes, après la musique est restée, j’avais mon propre studio… à Fort-de-France, bon la musique on a toujours été à fond pour ça. Après on a goûté vraiment à la rue, à la street, et on faisait de la musique toujours, la musique de la rue c’est le rap et nous on fait du Trap, on est rentré dans la Trap comme ça, on représente la rue.

M : Au début deux, trois freestyles avec des potos, et après quand la rue ça se dévellope, le Rap aussi et voilà ça reste, au calme.

Pfom : La rencontre entres vous, qui peut mieux le raconter ?

M : En fait, y’a un lieu qui a été écrasé c’est le Son, on appelle ça le Son, un regroupement de gangsters, c’est pas pour se marrer là bas, y’a que des mecs. Bruce il m’a tchek, je savais déjà qui c’était, j’avais déjà des potos qui écoutaient ses sons, lui apparemment il me connaissait, il m’a capté, il m’a dit il faut qu’on taf ensemble, on a sympathisé, on est venu à faire Niggas In Paris, notre premier son qu’on a sortit en 2012, et s’est mit à taffer ensemble, au calme.

S : Bruce avait toutes les caractéristiques pour rentrer dans la Thug Muzik

Pfom : Vos influences musicales à vous deux :

S : A vrai dire, c’est mes potes, la Thug Music. Au niveau Trap, locale en tout cas, Zéro, sinon les gens que j’écoutent mais ils m’influencent pas, j’écoute les gens de Chicago, niveau Dancehall, j’en fais pas donc j’suis pas influencé par les artistes Dancehall. Sinon c’est la Thug Music qui m’influence, Merce’, Bruce Little et moi-même.

M : Y’a des rappeurs comme Booba, ils m’inspirent pas, mais c’est un taf que je respecte. J’aime pas le mot influence, si je devais mettre un autre mot pour parler de quelqu’un, voilà, ça serait Booba, mais c’est juste que je kiffe son travail et que j’en écoute tout le temps, c’est pas lui qui fais que je chante parce que je chante pas comme lui. Dans mes rimes, j’ai pas ses tournures de phrases mais, c’est un artiste qui fait plaisir, y’a rien d’autre à dire.

Pfom : Pourquoi plus la Trap que la Dancehall.

S : A vrai dire, la Dancehall en Martinique elle est partit en couille, les artistes qui sont promotionnés font mal le taf à mon goût, y’en a pas énormément qui mérites autant de buzz et c’est eux qui fonctionnent, donc on a laissé la Dancehall pour eux. Faut laisser la Trap pour nous maintenant. Après y’a d’autres négros dans le Trap qui mérite le respect, comme Pitbull, Melnwè A, Dandesta, c’est des potos sur. Sinon la Dancehall on a laissé ça pour les autres.

M : Nous on fait de la musique de rue, ce qui font de la Dancehall chez nous, c’est pour les meufs, pour amuser les gens, niveau personnalité on a 90% de marrant, nous on est pas dans cette optique là, on fait des sous, c’est rap, niveau Trap et rap, j’parle de rap parce que j’peux aussi poser sur instrus’ mélancoliques. Après y’a d’autres négros qu’on peut respecter, qui font le taf, des mecs comme Madfight, il est pas forcément connut au bled, mais il a une plume magique, y’a d’autres négros comme ça qu’on respecte, mais niveau Dancehall franchement frère c’est même pas notre rubrique, y’a nous et y’a eux et y’en a des fois il essaye des fois de faire de la Trap, qu’ils restent sur du Dancehall.

Pfom : Comment pensez-vous vous démarquer des autres dans la Trap justement ?

S : On est pas les seuls à rapper la rue, mais on rappe ce que l’on vit, donc après essaye d’innover, on va être les précurseurs, les premiers à faire du Drill, je vais même pas expliquer, sinon y’en a ils vont se mettre à en faire. Merce’ a été l’un des premiers à faire du Trap avec des lyrics vraiment hard, y’a Pichon aussi faut respecter, c’était trash mais Merce parle de la rue hard. Après y’a des gars comme Blade qui parlait vraiment du business, c’est des gars aussi respect, mais on s’est bien démarqué, les gens savent ce qu’est la Thug Muzik maintenant.

M : Je rejoins Shin sur ce point de vue là. Les vrais savent, y’a pleins de rageux qui vont dire « mais qu’est-ce qu’ils chantent ces négros là ?! », on reflète ce que l’on vit, ne serait-ce que par rapport à ça, c’est la réalité qu’on rappe. Déjà en Martinique, y’a un petit problème, y’a des négros ils se réveillent le matin ils ont décidés qu’ils sont artistes, ils vont au studio, ils font un son, sortent le clip, eux ils puent la merde, nous c’est ce qu’on vit, tous les jours on chante voilà, le public, les vrais ils savent, ils nous apprécient, ça fait qu’on est à part. Après comme Shin a dit, on est pas les seuls à rapper la rue, y’a des négros qu’il a cité comme Pichon, Blade, y’a d’autres négros en place, mais d’autres coté on se différencie de ces personnes.

Pfom : Combien de projets avez-vous sortis, ou allez sortir ? (séparément)

S : On fait Trap épi Trafic qui a bien marché en Martinique, on a essayé de réunir les artistes Trap justement qu’on respecte, qui font bien le taf, on les a tous réunis, on va dire que là y’a la crème du Trap martiniquais dessus. Trap épi Trafic 1 qui est sortit début 2013, le deux est en préparation il doit sortir à la fin de cette année et c’est la même chose, on essayé de réunir les meilleurs, ce qu’on respecte, ce qui font le taf.

Pfom : C’est vous qui aviez inventé le concept ?

S : Oui oui c’est nous, la Thug Music. Et cette mixtape elle est sur Datpiff, elle a bien fonctionné ça va, sinon Bruce il a Street Monopoly qui est sortit, dans son interview il l’a dit, ça a bien fonctionné aussi, le deux est en préparation, Merce à sa mixtape qui arrive aussi Az Di Fucking Mixtape, moi même The Next One Real Trap Shin qui arrive. Mais sinon le projet qui est sortit et qui a vraiment bien fonctionné c’est Trap épi Trafic.

M : Je prépare ma mixtape Az Di Fucking Mixtape, ça va sortir janvier, début fevrier, parce que j’vais mettre en avant du rap mélancolique et du Trap, et y’aura quelques artistes comme Shin et Bruce, même quelques Guadeloupéens  Sinon Trap épi Trafic c’est un bon concept, pas parce qu’on l’a fait mais que le peuple martiniquais a reconnut que c’est un bon délire, parce que ça regroupe plein d’artiste mais dans le même milieu, c’est à dire la rue, donc en général sur cette mixtape là t’as que des vrais négros qui bougent des trucs, qui font des sous, pas des négros qui font des rimes seulement, y’en a trop qui font des rimes et y’a rien d’autre.

Pfom : Dans 10 ans comment vous vous voyez ?

S : Je me vois avec ma team, on a battit un empire, Thug Music on est loin, mais c’est avec la Grace, si c’est possible, j’aurais bien aimé qu’on crée un label concret, qu’on soit vraiment signé, qu’on dépend de personne, c’est notre label, on fonctionne parce qu’aux Antilles … En Guadeloupe ça va le Trap ça avance, mais en Martinique ils essayent de nous boycotter, mêmes aux infos, alors que en France, les gars qui fonctionnent, qui font du rap, c’est Booba, Kaaris, comme je t’explique ils font du rap de la rue et ils fonctionnent, on les écoute, on les boycotte pas. Mais nous comme on rap la rue en Martinique, eux ils sont pas encore près donc ils comprennent pas et nous boycottent, donc j’espère que 10 ans les mentalités auront évolués, j’espère que nos projets vont avancés, qu’on sera loin, j’veux pas parler d’être aux States, d’avoir v’la les thunes, cela va de soit.

M : Dans 10 ans, soit je serais riche, soit je serais mort. Niveau musique, j’pense pas rapper dans 10 ans, mais ça serait bien qu’avec mes négros, on mette des vraies choses en place, style label et tout. Si y’a d’autres négros d’ici là qui se révèlent sérieux, leurs donner la force.

Pfom : Quand vous ne rappez pas, que faites-vous ?

S : Moi j’suis avec ma team, on fait de l’argent, on fait des sous, sinon j’suis tout seul, c’est ça, j’vais pas te dire comment, mais on fait des sous, on fait tout pour, se faire de la maille, tous les jours on fait ça, c’est comme ça qu’on mange. Nous on fume, il faut fumer, sinon… Si vous avez déjà écoutés nos sons, vous savez ce qu’on fait.

M : C’est pareil, on fait de l’argent, on se fait plaisir…

(Shin intervient) : On se fait un maximum plaisir ! Quand on peut on boit, quand on peut on fume, on se met bien, on mange bien, on sait pas de quoi ai fait demain…

(Cette fois-ci c’est Bruce) : On baise bien aussi !! (rires)

S : On baise bien ! Sinon c’est la musique, on profite de la vie, surtout on fait des sous, surtout.

Pfom : Vous avez quelques choses à rajouter avant la fin de la première partie ?

(Bruce une nouvelle fois) : Je pense qu’il y a certains rappeurs qui devraient arrêter de chanter (Il éclate de rire).

S : Big up quelques négros, Dandesta King, mon négro Pitbull, mon négro, Blade, Airox, MadLexx, ils font du rap de la rue, Madfight, il a une plume, il faut respecter comme il a dit, big up à tout ces gars là. Ce qui font de la Dancehall restent dans la Dancehall, ce qui font du Trap mais qui ne le vivent pas, qu’ils arrêtent ça au plus vite, c’est tout. Libérez des négros comme Pichon, libérez des négros sérieux qu’on mette des trucs concrets. Big up à : Sitckly, Don Di, Bebek, Mamone, Miky, Afa, Bobby, JP, Luisa Carter AKA Ali, My negger Kny, Chachou, Gwada Stack Money, Stephen G, N Zo, DJ Magnum et les real neggers.

M : J’big up les négros du KSC, Big up à Don parce que lui c’est un rèd négro, il est plus street mais même dans Trap épi Trafic 2 ils auront le temps de voir c’est un négro sérieux, OVC, Wach MC, Dogside ils font des bonnes choses. Big up à : Néo Da Hood, Paco, Pipo, Paden, Jc, Tymer, Caspère, Zepek, Flashing, Bandit, Ti Zouss, D Wazz, DJ Magnum, Ali, Thug Music, KSC, toutes les moune lan k suiv nous ak tous sa k pren’y bo la ri’a et ki k brinnin des bagay sérié… (Je big up toutes les personnes qui nous suivent et qui font des sous sérieux dans la rue)

Question rapides :

(Shin repond en premier suivit de Mercenaire, je mettrais pas les noms à chaque fois par soucis de clarté)

Un style de musique : Trap / Trap.           Un titre : Tandem – Les Maux / 2 Pac – Life’s So Hard.                     Un album : Futur 2.0 / Panthéon (De Booba les deux).

Un rappeur : Eminem / Booba. Un film : Usual Suspects / Scarface.              Le dernier film que vous avez-vu : Boston Street / Scarface.

Une paire de shoes : Lacoste / Lacoste.                Une voiture : Bugatti / Merco.               Un endroit : Désert / Chiacago.

Un plat : Tiep /Dombré (rires).        Une boisson : Dirty Sprite / Champagne.               Equipe de foot : Marseille /Marseille.

Console de jeu : PS4 / PS4.             Un jeu : Fifa 14 / Gta 5.                 Un livre : L’appel de l’Ange de Mussot / L’alchimiste (Paulo Coelho).

Un bijoux : Un pété pak maille café / Une bague en or.                 Nombre de tatouages : 12 / 16.

Et pour finis un clip et deux morceaux, Simin Ri Sa de Mercenaire et Make Mo de Shin :