(Mixtape) Lil Bibby – Free Crack : Un cran au dessus.

Lil_Bibby_Free_Crack-front-large

Bibby, un des innombrables rappeurs qui a vu le jour dans la vague du Drill à Chicago, moi-même qui me perd dans la guerre de tout ces gangs, je ne serais vous dire à qui il appartient et contre qui il est en beef. Enfin bon, ici, on est plus là pour parler musique, et c’est ce que je vais faire, on vous parlant de Free Crack, le premier projet de ce rappeur, qui compte déjà quelques millions de vues sur Youtube et des collaborations remarquées avec notamment Lil Herb et King Louie, qui à eux trois forment un très bon trio. Alors pourquoi ce titre ? Bien, juste parce que, pour l’heure, ce Free Crack est l’un des meilleurs projets que j’ai étendu dans cette vague de Drill, explication :

Je l’avais connu grâce à des traductions qu’on m’avait demandé (For The Low et How We Move), et déjà il m’avait semblé entrevoir chez lui quelque chose d’assez étonnant, et qui me laissait penser qu’il y pouvait avoir quelque chose de musicalement bon chez lui. L’habit ne fait pas le moine, il n’y avait qu’à le voir : petit, arqué, avec une tête rappelant un Drake maléfique, et, une voix grave, gutturale, d’outre tombe même, à croire que Bibby à la quarantaine, et enchaîne cigarette sur cigarette ; or, il n’a qu’à peine 20 ans. Après avoir écouter quelques morceaux de lui sur une tape non-officielle, je continuais à suivre ma pensée sur son talent, et la possibilité que Free Crack soit une tuerie.

A force d’écouter le projet, force est de constater que Free Crack est violent. Pour plusieurs raisons : non-seulement il rappe bien, mais il sur n’importe quelle type de prod, ce qui montre son penchant pour le changement et de ne pas rester dans la Trap ou Drill comme font tout le reste des rappeurs de Chiraq. Qu’on écoute Bibby Story, Water, Unlike You (un peu Trap quand même) et If You Knew on peut voir qu’il pose sur des samples, des sonorités plus Hip-Hop, et même un peu de Boom Bap ; puis, on peut suivre le courant un peu plus doux, et des morceaux planant  victorieux comme Stressing, Tired Of Talkin, See Down, When The Money Come, on voit le rappeur sous un autre angle, lui qui est si ténébreux, on le voit plus joyeux, avec d’autre thématiques où l’on peut entendre qu’il cherche autre chose que dealer et en faire son apologie. Enfin, on peut voir dans une dernière catégorie, les morceaux « hardcore », accentué Trap, pure, dure, avec Change, Shoutout, How We Move, Know Somethin, qui sont vraiment excellent  Volontairement je ne cite pas certains tracks qui sont, à mon gout, en trop, avec une qualité trop médiocre. Parenthèse, Whole Crew, avec Hit-Boy est aussi surprenant que très bon. Seconde parenthèse  on voit que les featurings sont réduis avec seulement King Louie et Lil Herb, et je pense que dans le futur une connexion sur un projet commun verra le jour étant l’osmose entre les trois, il suffit d’écouter les morceaux où ils sont ensemble, même si leur style est différent, leurs différences s’accordent bien.

La force de ce projet est sans aucun doute son éclectisme où l’on peut voir le rappeur sous plusieurs angle : mélancolique, avec des textes plus profond, qui m’ont vraiment marqués, mais aussi des égotrip, ou juste des thématiques sexe, drogue, money, Bibby est sur tous les fronts, et c’est pour cela que j’ai autant apprécié ce projet. On peut noter aussi l’apparition de très bons producteurs comme l’énorme DJ L, avec ses prod’ Trap de haut standing, ou encore Don Robb et Black Metaphor.  Bibby a donc une carrière florissante devant lui, tout dépendra de ses choix quant à sa future médiatisation, si il reste dans un rap street ou si il penchera sur quelque chose de plus commercial, pour l’instant, je vous conseille fortement d’écouter ce Free Crack.