Interview de Butla Beats : Atlanta en musique

image(1)

(For the english people go at the bottom of the page for the interview in your language).

Butla Beats, si ce nom ne vous dit rien, honte à vous. Non, n’exagérons rien, mais il est très probable que vous ayez déjà entendu une de ses productions. Notamment avec Shawty Lo, lequel l’a fait découvrir au monde entier avec les deux hits Dope Boy Ding A Ling et I Know, qui cette dernière est pour la meilleure prod’ Dirty South, l’effet de la première écoute n’a jamais été égalée. Après avoir fait ses armes avec le fameux Lo, quelques années passent, sans pour autant le voir entres les parenthèses des beatmakers, ni sur une mixtape, ni sur un album. Cette question restée en suspend, pour ma part, quelques temps, trouvera la réponse durant cet entretien, que je vous invite à lire si vous aussi cette question vous a travaillé.

Ce n’est que en 2013, où je le vois refaire surface, une, deux, trois fois. Thot et No Lamez de Fat Trel, Yeah Hoe de OJ Da Juiceman, Molly Freak, Don’t Give A Damn pour Peewee Longway (qui sont les meilleures de la ‘tape) et plus récemment When We Ride de MPA Duke sur QCM : Solid Foundation. L’avenir est désormais plus ensoleillé que nuageux pour lui, on espère, car un talent comme le sien, ce ne serait que des meilleurs instrumentaux dans nos oreilles. Je pensais qu’obtenir une interview avec lui serait impossible, j’ai vite réalisé le contraire. Tout se passe sur Ask, une banale question demandant si un entretien pour le site serait possible. Quelques mois plus tard, ayant oublié, je regarde de nouveau et vois une réponse favorable. Nous nous parlons quelques temps sur Twitter, mais Butla étant quelque peu occupé, ce n’est que maintenant que cela s’est fait :

Pocketfullofmusic : Première question, présentes-toi aux français.

Butla Beats : Je suis Butla Beats, Super Producteur pour les stars !

Pfom : Comment es-tu rentré dans le monde de la production ?

BB : J’ai commencé à rapper à l’Église comme chanteur de Gospel, et après j’ai juste évolué dans la production pour les artistes locaux. Éventuellement, j’ai rencontré quelques majors et ils m’ont aidé à être où je suis aujourd’hui.

Pfom : Quand as-tu commencé à être producteur pour les rappeurs ? Quand est le vrai commencement ?

BB : J’ai commencé a trainer avec Zaytoven et son camp Zay Town USA. Après j’ai acquéri l’attention du pays quand Shawty Lo a utilisé mon instrumental pour « DopeBoy Dingaglin ». Après ça, j’ai explosé (médiatisation).

Pfom : J’ai vu que après ta médiatisation avec les morceaux de Shawty Lo, tu es resté quelques temps sous-silence, pourquoi ?

BB : A partir du moment où tu es dans le game, c’est dur d ‘y rester. Le business de la musique est délicat et cela prend du temps pour construire des crédits et ton nom. Alors pendant cette période où je ne n’étais pas présents, j’ai fais beaucoup de préparation et je construisais les connexion avec les majors pour qui je travaille maintenant.

Pfom : Comment as-tu les connexions avec les rappeurs ?

BB : Principalement Twitter. C’est genre, une fois tu rencontres un gars et tu fais un track exeptionnel pour eux et ils t’introduisent à leurs amis et voilà. C’est tout avec le travail du net.

Pfom : Avec quel rappeurs as-tu préféré travailler depuis que t’as commencé ?

BB : Peewee Longway et Fat Trel honnêtement.

Pfom : Avec qui aimerais-tu travailler en ce moment ?

BB : Juicy J, Miley Cyrus, Wale, Dom Kennedy, Wz Khalifa, trop de noms.

Pfom : Que utilises-tu pour faire des beats ?

BB : Fl Studio, Native Instruments Maschine.

Pfom : Et tu utilises des instruments ?

BB : Je joues du piano à l’oreille. Je peux pas lire les partitions ! Alors je suis bénis d’avoir l’habilité et le talent que j’ai.

Pfom : Combien de beats as-tu fais dans ta vie entière ?

BB : (Il réfléchit) Bien, j’ai du avoir à peu près 10 disque dur différents dans ma vie, et ils avaient tous plus de 2000 pièce, alors tu fais le calcul.

Pfom : Combien de beat par jour ?

BB : Je dois faire à peu près 4 beats par jour.

Pfom : Combien pour un beat ?

BB : 400$ pour une non-exclusive et 1000$ pour une exclusive.

Pfom : Et combien pour le plus cher que tu as vendus ?

BB : J’ai vendu 4 exclusives pour 1000$ chacune une fois. Mais il y a une hausse des prix depuis.

Pfom : Quand tu fais un beat, quelle l’ambiance ? Comment as-tu l’inspiration ?

BB : J’ai l’habitude de fumer beaucoup de weed (rire). Mais j’ai arrêté de fumer et boire. Maintenant tout ce que j’ai besoin c’est d’être seul dans mon propre délire, c’est là que je fais mes meilleures musiques. Mais j’suis aussi un mec qui travaille sous la pression et je travaille pour les artistes en personne. Mais si tu me mets dans une pièce dans le noir et je te fais des bangers toute la nuit.

Pfom : Quand tu as commencé à faire des instrumentaux tout était par rapport au Dirty South, maintenant c’est la vague du Trap qui est partout, qu’est-ce que tu en penses ?

BB : La Trap Music ne va nul part et va bientôt s’arrêter. Je pense que cela va éventuellement tourner en mode techno trap. A partir du moment où les gens réalisent où est l’argent est …

Pfom : De nos jours c’est la Drill, qu’est ce que tu penses de ça ? Young Chop est l’un d’est plus gros en ce moment.

BB : Dédicace à Young Chop, je l’ai rencontré il y a un ou deux mois. Je respecte son style. Beaucoup de majors viennent me voir en me disant de faire des trucs comme ça, alors je produits des trucs avec ce genre de sonorités.

Pfom : Tu peux vivre grâce à la vente d’instrumentaux ?

BB : J’avais l’habitude d’avoir un travail 35h comme gardien dans une office de nettoyeur. Quand les choses ont prises j’ai arrêté et je me suis concentré sur mes rêves.

Pfom : Et dans le monde de la musique, tu penses que qui est chaud ? Rappeurs et producteurs.

BB : Tout ce que les Migos touchent est un hit maintenant. Et en producteur je dois te dire que c’est moi, je suis le plus sous-estimé honnêtement. Personne ne peut orchestrer la musique avec les Drums comme je le fait.

Pfom : Quel est ton prochain projet ? Genre tu va faire une mixtape instrumentale ou un album.

BB : Je travaille dessus en ce moment, je n’ai pas encore de titre. Je voulais le sortir en février mais avec tous les nouveaux records et placements que j’ai fais, j’ai décidé d’attendre encore quelques mois pour voir quoi d’autre je peux mettre dessus.

Pfom : Quand tu ne travailles pas sur un beat, que fais-tu ?

BB : Je promotionne toujours sur Twitter, Instagram et Facebook, et aussi promotionner pour un club local de la Sud-Caroline. En dehors de ça, je suis toujours avec mon fils ! Dédicace à lui c’est Jaiden. Il va avoir 2 ans en aout.

Pfom : Tu connais quelques mots en français ?

BB : Wee wee ?

Pfom : Oui oui (rires)

BB : Bonjour, oui, salut et wech.

Pfom : Je te laisse le mot de la fin.

BB : Je suis Butla Beats, je suis la pour rester alors vous pouvez attendre plus de moi. Mes accomplissements ne sont pas encore satisfaits alors il va y avoir encore plus qui arrive. J’ai plus de sons avec des artistes que vous aimez qui sont près à être sortis. J’ai une mixtapes qui arrive bientôt alors soyez près pour ça. Allez me suivre sur Twitter @buybutlebeats et sur Instagram @butlagotbeats.

Questions rapides :

Un style de musique : J’écoute la plupart du temps du rap, je préfère celui du sud.

Un titre : les sons de Gucci je suis un grand fan.  Un album : Le Blueprint de Jay-Z. Un rappeur : Project Pat.

Un film : Disordelies avec les Fats Boys, c’est sortit genre en 1985, mon préféré de tous les temps.

Le dernier que tu as vu : That’s My Boy avec Adam Sandler, c’est hilarant.

Des shoes : Tous les jours je porte des Converses, c’est ma signature. Une voiture : J’suis un mec simple et humble, je conduis toujours la même Honda que j’avais quand j’étais là !

Un endroit : J’adore le DMV (DC, Maryland et Virginie), c’est là que la plupart de mes fans sont, et F.I.L.A (Forever I Love Atlanta).

Un plat : Pizza Pizza Pizza. Une boisson : En alcool j’adore Jagermeister et sinon le Mountain Dew.

Une équipe de basketball : Je ne regarde pas le sport du tout.

Une console de jeu : Playstation, barre ça, la première Nintendo on y joue toujours par ici.

Un jeu : Super Mario. Un livre : je lis beaucoup de magazine comme XXL, Source et King, des trucs comme ça.

Un bijou : Diamants. Combien de tatouages : Plus de 50, j’ai arrêté de compter.

Merci à Butla Beats pour cette interview.

Inteview in english :

Butla Beats, if that name means nothing to you, shame on you. No, let’s not exaggerate, but it is likely that you haven’t heard one of his productions. Especially with Shawty Lo, who did discover the world with two hits Dope Boy Ding A Ling and I Know that it is the best prod ‘Dirty South, the effect of the first hearing has never been equaled. After his arms with the famous Lo, a few years pass without seeing the brackets parantheses beatmakers or on a mixtape or an album. This question remained unanswered, for me, some time will find the answer in this interview, I invite you to read if you also issue you worked.

It was only in 2013, when I see resurface once, twice, three times. Thoth and No Lamez of Fat Trel, Yeah Hoe of OJ Da Juiceman, Molly Freak, Do Give A Damn for Peewee Longway (which are the best of ‘tape) and more recently When We Ride MPA Duke on QCM: Solid Foundation. The future is now more sun than clouds for him, we hope, because a talent like his, it would be the best instrumental in our ears. I thought that getting an interview with him would be impossible, I quickly realized otherwise. Everything happens to Ask a banal question asking if an interview for the site would be possible. A few months later, having forgotten, I look back and see a positive response. We talk some time on Twitter, but Butla being somewhat busy, it is only now that it was done :

Pocketfullofmusic : First question, introduce you to the french people :

Butla Beats : I’m Butla Beats , Super Producer for the stars !

Pfom : How did get in the world of production ?

BB : I started off rapping at church as a gospel artist and then it just grew into producing for local artist. Eventually I met a few majors and they helped me get where I am today.

Pfom : When you started produce for rapper ? When it’s th earel beginning.

BB : I started off running with Zaytoven and his camp Zay town USA . Then I gained national attention when Shawty Lo used me for his record « DopeBoy Dingaling », and later out biggest record « I know ». After that I’ve been booming ever since.

Pfom : I see after your mediatisation with the hit with Shawty Lo, you been out the media some times, why ?

BB : Once you’re on it’s hard to stay on. The music business is tricky and it takes time to build credits and a name for yourself. So in the time I was missing I was doing a lot groundwork and building the connects with the major names I work for now.

Pfom : How do you get your connect ?

BB : Mostly twitter. It’s like once you meet one guy and do an outstanding track for them they introduce you to their friends and so on. It’s all about networking.

Pfom : Wich rapper do you prefer to work since now ?

BB : PeeWee Longway and Fat Trel hands down.

Pfom : Which who you want to work right now ?

BB : Juicy J, Miley Cyrus, Wale, Dom Kennedy, Wiz Khalifa, too many to name.

Pfom : What you use to do a beat ?

BB : Fl Studio, Native Instruments Maschine.

Pfom : And you use intrument ?

BB : I play piano by ear, I cant read sheet music ! So im blessed to have the ability and talent that I have.

Pfom : How many beat you did in your whole life ? Approximately.

BB : Well I’ve had about 10 differents hard drives in my lifetime and they all had over 2000 a piece so you do the math…

Pfom : How much beat a day ?

BB : I make about 4 beats a day.

Pfom : How much for a beat ?

BB : $400 for a Lease and $1000 for exclusives.

Pfom : And for the most expensive that you sold ?

BB : I sold 4 exclusives for $1000 a track once, but I expect the price to rise soon.

Pfom : When you doin beat, what’s the ambiance ? How you get the inspiration ?

BB : I used to smoke alot of weed (laugh), but I quit drinking and smoking. Now all I need to do is be alone and in my own zone, that’s when i make my best music. I’m also great under pressure and working for artists in person. But if you put me in a dark room alone im gonna make bangers all night !

Pfom : And when you started make beat, it’s all about the dirty south, now the wave of Trap is all around the world, what you think about this style of beat ?

BB : Trap music isn’t going anywhere anytime soon ! I think eventually it’ll turn into a poppish techno trap. As soon as people start realizing thats where the money is.

Pfom : Nowadays it’s the Drill, what you thing about it ? Young Chop it’s one of the biggest producer right now

BB : Shoutout to Young Chop. I met him a month or two ago, I respect his style. Alot of majors come to me wanting stuff like that as well so i produce stuff with that kind of sound as well !

Pfom : You can live with you beat ?

BB : I used to have a 9-5 everyday job as a Janitor cleaning up offices. Once things took off I quit and focused on my dream.

Pfom : And, in the world of music, who you think is hot right now ? Rapper and producer.

BB : Everything the Migos touch is a hit right now. And producer wise I’d have to say myself, im the most underrated honestly. Nobody can orchestrate the music with the drums the way i can.

Pfom : What is your next project ? Like you’ll do a instrumental tape or album ?

BB : I’m working on that right now. Havent came up with a title yet. I had expected to release it this february but with all the new records and placements I’ve been getting I decided to wait a few more months to see what else I can fit on the tape.

Pfom : When you not working on beat, what you doin ?

BB : Always promoting on Twitter, Instagram, and Facebook. I also promote for a local club in South Carolina. Besides that I’m always with my baby boy ! Shoutout to my son Jaiden ! He’ll be two in august.

Pfom : You know some words in french ?

BB : Wee Wee ?

Pfom : Oui (laugh).

BB : Bonjour, Oui, Salut and wech (*it’s like wassup).

Pfom : I just let you the world of the end :

BB : I’m ButlaBeats, I’m Here to stay so expect to see more of me. My accomplishments have not satisfied me yet so there will be more to come. I’ve got more songs with the artists you guys love done and ready for release. I got a mixtape coming soon so be on the lookout for that. Go follow me on twitter @buybutlabeats and on Instagram @butlagotbeats.

Quick questions :

A kind of music : I listen to mostly rap, but I prefer southern rap.

A title of a sound : Gucci’s sound, big fan of him.

An album : Jay-z’s BluePrint. A rapper : Project Pat

A movie : Disorderlies with the Fat Boys, it came in like 1985 ! All time favorite.

 The last you seen : That’s My Boy with Adam Sandler ! It’s hilarious.

A shoes : I wear Converses daily! thats my signature shoe.

A car : I’m a Humble Simple guy, I still drive the same honda I had when I got on !

A place : I love the DMV (DC, Maryland, and Virginia), that’s where most of my fans are. And F.I.L.A. (Forever I Love Atlanta).

A food : Pizza pizza pizza. A drink : Alcoholic drinks I love Jagermeister, and I love Mountain Dew.

A team of basketball : I don’t watch sports at all.

A consol of game : Playstation, scratch that, the first Nintendo still gets play over here.

A game : Super Mario

A book : I read alot of magazines, like XXL and Source, King, stuff like that.

A jewel : Diamonds. How much tattoos you got : over 50, I lost count.

Thanks to Butla Beats for the interview.