(Album) Schoolboy Q – Oxymoron : Un goût amer

994135_648103025247275_2056119849_n

TDE, le label dont tout le monde parle. Un sans faute. Chaque membre a eut le temps de briller, et, à son paroxysme le GKMC de Kendrick Lamar. Au tour de Schoolboy Q maintenant avec son Oxymoron tant attendu par les fans. Un extrait, puis deux, trois, et tout le monde salive. Une promotion géré d’une main de fer. Quelque leaks audios, toujours très bons, un sans faute. Puis le clip de Collard Green, une montée en puissance avant LE hit de ce projet : Man Of The Year. Clip magnifique, sample bien trouvé et tourné à la sauce Q, on en fait un titre pour toutes les soirées. Bon, trêve d’éloge. Oui, pendant tout ce paragraphe j’ai vanté les mérites de Oxymoron, pour au final dire que je suis déçus. Mais j’attendais tellement une pointure, un essai transformé à la Lamar. Pourtant, de ce que j’ai pu voir les avis divergent, certains adorent, d’autres moins. Décryptage :

Je ne dis pas que c’est mauvais. Dès l’entrée en bouche, on entend bien que non. Gangsta, crade et sombre à souhait comme Q sait très bien le faire. Mais dès Los Awesome, je deviens déjà plus septique. L’instru’ me parait si inaudible que je n’ai d’autre choix que de zapper le track. Même si c’est Pharell aux commandes. Après je pense également que l’écoute doit vraiment différer selon les goûts des gens, la preuve avec le titre que je viens de citer, car je n’aime, en général, pas vraiment le style de Pharell ; oui c’est bizarre je sais. Puis, Collard Greens, je n’en ai déjà parlé dans le premier paragraphe, ne radotons pas. What They Want reste dans la lignée de Gangsta très sombre, la prod’ de Mike Will parait quant à elle moins sudiste au niveau des sonorités qu’à son habitude, je n’appréciais pas forcément son travail, mais avec celle là, War Ready, entres autres, m’ont en mit plein les oreilles. Hoover Street c’est comme Low Awesome pour ma part, on peut y rajouter The Purge, His And Her Friends et Fuck LA, tout est une question de goût : certains y verrons un chef d’œuvre, mais pas moi. Le reste, Studio, Grooveline Pt. 2, Prescription-Oxymoron, sont des bons morceaux, que j’aurais pu imaginer excellent, m’exaltant à chaque mesure, mais non, c’est bien, mais cela aurait pu être mieux. Je ne parle pas des morceaux leakés, c’est voulu, pour faire court, se sont l’excellence qui manque aux derniers cités.

Plus j’avance dans l’écoute d’Oxymoron, plus je me rend compte que, mes premières impressions sont fausses. Je me disais que c’était un mauvais album, point. Mais bien au contraire. Q ne reste pas dans l’ombre de Kendrick, car leurs projets si on peut dire, sont à l’opposé, un peu plus proche de Ab-Soul et encore un peu plus de Jay Rock. Pourtant son CD reste propre à lui et il se démarque des autres membres de son crew. Pour en revenir à l’album, ce n’est qu’une énorme déception. Tous les meilleurs sons avaient été leakés, et le reste se compose de track que je n’aime pas tant que cela, qui ne sont pas dans le style que j’apprécie pour être plus clair, et la petite partie qui reste n’est pas assez travaillé, encore trop brouillon, un manque d’ambition. C’est ce point que je tiens à souligner et qui me reste en travers de la gorge à la fin d’écoute. Quand on visionne le clip de Man Of The Year, le gars fait les choses à fond. Que sur le reste (non-leaké), je n’ai pas l’impression, les instru’ sont plutôt minimalistes, certaines fois c’est bien mais là, je n’ai pas vraiment capté le truc. Enfin, bref, bon album, grosse déception. On se revoit dans quelques années pour la suite des aventures de Monsieur Q.